L’iconomie ou les marchés des images

Par

Le Jeu de Paume présente jusqu’en juin, à Paris, « Le supermarché des images », une exposition consacrée à l’industrialisation du visuel, à la mise en lumière des échanges globaux, à l’inflation des circulations, en un mot à « l’iconomie » qui nous entoure. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut oublier le chiffre omniprésent, la promesse des « trois milliards d’images qui sont partagées chaque jour sur les réseaux sociaux », et qui sert de pitch au « Supermarché des images », exposition à parcourir au Jeu de Paume (1). Car à la sortie, on s’interrogera toujours sur ce que ces images infiniment multipliées font au monde, sur ce que leur amoncellement dit de notre planète, et des personnes qui l’habitent – pour cela, regarder Le Peuple des drones, l’intervention du philosophe Peter Szendy, commissaire principal de l’exposition, le 8 février lors du festival Hors Pistes 2020 au centre Pompidou.