Franck Magloire: les basses œuvres des ressources humaines

Par Pierre Benetti (En attendant Nadeau)

Dans Destination, Franck Magloire dresse le bilan de quatre décennies de désenchantement touchant particulièrement les classes populaires, au cours desquelles l’affirmation de l’économie de marché s’est doublée d’un autre changement radical : celui de l’intime et des mots qui nous pensent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« En défigurant le paysage, ils nous ont privés de visages, nous ont rendus méconnaissables, plus anonymes encore que nous ne l’étions déjà. » Né en 1970 en Normandie, Franck Magloire a connu l’époque déjà mythifiée où les autoroutes, les panneaux publicitaires, les zones commerciales ne recouvraient pas encore les banlieues urbaines et rurales françaises. Destination, sorti l’automne dernier et auquel il est important de venir, même tardivement, coupe court à la nostalgie évidente de son auteur et prend garde à ne pas tomber dans la carte postale rétrospective.