Les «morts de désespoir», une exception américaine

Par

Les PUF traduisent un ouvrage sidérant, Morts de désespoir, sur l'ampleur des décès liés à des overdoses, suicides et maladies alcooliques aux États-Unis. Si les populations blanches peu éduquées sont les plus affectées, « il n’est pas absurde d’imaginer que la détresse frappera ensuite les groupes plus instruits ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un livre dans lequel des centaines de graphiques succèdent à des comparaisons vertigineuses, tel ce chiffre de 158 000 Américains morts, en 2017, de suicide, d’overdose ou de maladie alcoolique du foie : « C’est comme si trois Boeing 737 s’étaient écrasés chaque jour, sans un seul survivant. » Avec plus de 600 000 décès entre 1999 et 2017, ces « morts de désespoir » dépassent de très loin les trépas liés aux armes à feu, nettement plus exposés.