Les noces manquées entre la télévision et la Commune

Par

À part avec Le Destin de Rossel, de Jean Prat, diffusé sous de Gaulle, et La Commune (Paris, 1871), de Peter Watkins, vue sous Chirac, la télévision française fut avare de chefs-d'œuvre proprement révolutionnaires. Arrêt sur paradoxes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commune fut étrangement absente des étranges lucarnes. L’exception la plus notable date de 1966, c’est-à-dire alors que l’ORTF (créé en 1964) permet une sorte de Yalta : au pouvoir gaulliste le contrôle absolu de l’information, aux réalisateurs – le plus souvent communistes – la possibilité d’éduquer le public avec des dramatiques de haute volée.