Le cinéma portugais, plus dense que jamais, craint pour sa survie

Par

Plongée dans DocLisboa, festival de documentaires bouillonnant à Lisbonne, transformé en caisse de résonance des inquiétudes des professionnels du cinéma, lesquels sont frappés de plein fouet par la politique d'austérité du gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Lisbonne,

Une voix, en allemand. La femme évoque le jour de son mariage, le 3 septembre 1977 à Leipzig. À l'écran, il y a des images d'archives, en noir et blanc, d'une fac qu'on imagine est-allemande, et des convives autour de la table, qui se passent des morceaux de gâteau meringué. On voit aussi des scènes en Super 8 d'un couple nu, au soir de sa nuit de noces. Celle qui parle se fait doucement rattraper par le souvenir d'un bonheur plus vivace, éprouvé lors d'une représentation en famille, dix ans plus tôt, d'un opéra, le Parsifal de Wagner, dont la puissance finit par tout emporter sur son passage.