Les ambiguïtés du succès de «Patria», roman choral sur le conflit basque

Par

Patria, récemment traduit en français, revient sur les années de plomb dans le Pays basque espagnol. Le livre, phénomène social en Espagne, a été salué par le chef du gouvernement Mariano Rajoy. Mais son approche binaire du conflit basque tranche avec la complexité des débats mémoriels en cours en Euskadi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mariano Rajoy s’était piqué de parler littérature durant ses vacances d’hiver sur ses terres natales de Galice. Dans un entretien fleuve à la presse locale – le Faro de Vigo –, le chef du gouvernement espagnol (PP, droite) avait confié, le 2 janvier 2017 : « Je viens de lire Patria, de Aramburu. Excellent [Buenísima]. C’est un roman qui reflète très bien le conflit basque. » En mai 2017 à Madrid, le même Rajoy remettait un prix littéraire prestigieux à Aramburu et précisait son éloge : c’est un texte qu’« il faut lire pour se souvenir de ce qu’il s’est passé, pour connaître la vérité » en cette époque de « perspectives différentes ». C’est « une fiction de la réalité », précieuse pour distinguer « le bien du mal », insistait l’élu conservateur.