L’art de ne pas être gouverné

Par

En étudiant les peuples qui ont fui ou échappé à l’État, c’est une étonnante contre-histoire de la civilisation que livre l’anthropologue James C. Scott. Et si le nomadisme, l’agriculture itinérante ou l’oralité n’étaient pas les étapes préliminaires de notre monde développé et étatisé mais de vrais choix politiques ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Éditions du Seuil viennent de publier en français l’un des ouvrages majeurs de l’anthropologue et professeur de sciences politiques James C. Scott, enseignant à l’Université de Yale. The Art of Not Being Governed, An Anarchist history of Upland Southeast Asia, a été traduit sous le titre Zomia ou l’art de ne pas être gouverné.