Les œuvres de «fantasy», nouveaux outils politiques de contestation du monde

Par

Un essai sur les « pouvoirs de l’enchantement » explore avec brio les usages politiques inédits de la fantasy ou de la science-fiction, de la série Game of Thrones à La Servante écarlate. « Les fictions de l’imaginaire portent aujourd’hui les aspirations politiques des jeunes générations », explique la professeure de littérature Anne Besson.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pourquoi des féministes argentines décident-elles d’endosser les costumes de La Servante écarlate pour défiler en faveur du droit à l’avortement ? Que viennent faire des pancartes « Winter is NOT coming », détournant la devise de la famille Stark de Game of Thrones, dans les « Marches pour le climat » inaugurées en 2018 ? Pourquoi le symbole de reconnaissance de la rébellion dans Hunger Games a-t-il été repris par les manifestants thaïlandais lors des émeutes ayant suivi le coup d’État en 2014 ?