«L’entracte devient long»: le blues des spectateurs en manque de culture

Par

Alors que le monde artistique poursuit sa mobilisation en appelant le public à le rejoindre, Mediapart a lancé un appel à ses lecteurs et lectrices pour saisir ce que faisaient, aux corps et aux esprits, ces mois de privation culturelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Le printemps est inexorable. » Cette phrase du poète Pablo Neruda a été choisie par le Syndeac (Syndicat des entreprises artistiques et culturelles) pour appeler, en ce week-end d’équinoxe, les habitants et spectateurs à rejoindre le mouvement d’occupation des théâtres, qui n’a cessé de s’étendre la semaine dernière.