Pourquoi les élites écoutent du hip-hop

Par

« Il faut que tout change pour que rien ne change. » La célèbre phrase du Guépard s’applique aux métamorphoses récentes de l’élite américaine. Entretien avec Shamus Khan, professeur à Columbia, sur les stratégies mises en œuvre pour relégitimer les privilèges et produire un contexte culturel évitant la contestation des inégalités croissantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il faut que tout change pour que rien ne change. » La célèbre phrase issue du Guépard s’appliquerait bien aux transformations ayant touché les élites américaines étudiées par Shamus Khan, professeur à l’université de Columbia, dans son ouvrage La Nouvelle École des élites, traduit par les éditions Agone.