1789: la fiction vient réveiller la grande Révolution

Par

Deux récits autour de la Révolution française paraissent simultanément chez le même éditeur : 14 Juillet, d’Éric Vuillard, et Sauve qui peut (la révolution), de Thierry Froger. Radicalement différents, les deux livres se font écho pour cerner la puissance de l'acte révolutionnaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans 14 Juillet, Éric Vuillard revient sur une journée devenue fête nationale. Il n’y cherche cependant nulle identité patrimoniale, nul souvenir exaltant. Il s’agit plutôt de ressaisir l’insaisissable qu’est l’élan de la révolte populaire, ce qui fait que des hommes et des femmes se rassemblent, unis par l’impérieuse nécessité de risquer leur vie pour des combats à l’issue incertaine. Pas de héros singulier donc, mais des figures qui se détachent brièvement, pour disparaître presque aussitôt, emportées par la mort, l’oubli, la foule.