«Le Météorologue», roman des turbulences

Par et

Saisissante beauté des Solovki, monastère devenu prison tsariste puis soviétique, rencontres, voyages renouvelés, camps : à travers le destin unique et commun d’Alexeï Féodossiévitch Vangengheim, liquidé en 1937, Olivier Rolin parle de « l’espérance révolutionnaire » assassinée, d’un père aimant, de la Russie, de lui. Et c’est très beau. Entretien vidéo, extrait en fin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Météorologue est un livre lumineux sur une période très sombre. Comme dans ces tableaux d’Aïvazovski, où un rayon de soleil troue l’amas de nuages sombres au-dessus de la mer. Et il est bien question de mer et de nuages dans le livre d’Olivier Rolin.