Isabelle Huppert, «Madame Bovary, c’est elle»

Par

Dans Isabelle Huppert – Vivre ne nous regarde pas, Murielle Joudet traverse 40 ans de cinéma français pour essayer de comprendre à quelles idée et image de la femme la grande actrice aura prêté son visage, son corps et son absence. Mediapart a proposé à la critique de commenter des scènes de plusieurs films où Huppert apparaît.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce printemps, Isabelle Huppert tenait le premier rôle dans trois films sortis à peu de semaines d’écart, La Caméra de Claire de Hong Sang-soo, Eva de Benoît Jacquot et Madame Hyde de Serge Bozon. Mi-juillet, elle sera l’invitée d’honneur du 29e festival international de cinéma de Marseille. C’est dans cet intervalle que Murielle Joudet, critique de cinéma, publie un essai sur l’actrice. Sous-titré d’une formule empruntée à Gustave Flaubert, « Vivre ne nous regarde pas », la Huppert de Joudet est un drôle de livre, inégal et beau. Mais c’est un livre. Et s’il y a bien une chose qu’on ne répétera jamais assez, c’est combien les livres de cinéma sont rares.