Crépuscule: Juan Branco découvre la lune

Par

Le pamphlet de Juan Branco, mauvais digest de Gala et du Comité invisible, gâche la critique radicale nécessaire de Macron, de l’oligarchie et des médias. Le succès commercial de Crépuscule tient non à ce qu’il révèle, mais à ce qu’il incarne d’un air du temps confus et frelaté, selon lequel tous les chats sont gris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Crépuscule des idoles de Nietzsche a pour sous-titre : « Comment on philosophe avec un marteau ». Le texte de Juan Branco intitulé Crépuscule pourrait avoir comme sous-titre : « Comment on fait de la politique avec un marteau ».