Au détour des livres (4). La guerre biologique que mène secrètement la France

Par

Dans La Guerre biologique. Aventures françaises, l’historien des sciences Étienne Aucouturier raconte comment des biologistes français de renom continuent de travailler au développement d’armes chimiques et bactériologiques, malgré la signature du protocole international interdisant le recours à cet arsenal qui « cible la vie ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On sait le choc moral qu’ont été pour les physiciens les explosions nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki. Les biologistes sont restés jusque-là à l’écart de cet examen de conscience sur les rapports que leur science entretient à la guerre. Et c’est regrettable, se dit-on en lisant La Guerre biologique. Aventures françaises, d’Étienne Aucouturier (Éditions Matériologiques, 2017). Depuis un siècle, le gratin de la biologie française, à commencer par le très renommé Institut Pasteur, collabore étroitement avec les militaires pour concevoir des armes biologiques, et des moyens de s’en défendre.