«Imperium», conte à la noix

Par

Imperium, de Christian Kracht, raconte l’histoire vraie d’une utopie dévolue au culte de la noix de coco. Mais le roman a suscité une importante polémique à sa sortie en Allemagne, l’auteur étant accusé de promouvoir, sous couvert du rire, une vision du monde cryptonazie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Même avec la meilleure volonté du monde, je ne peux y trouver aucune croix gammée. » Ce sera l’unique déclaration publique de Christian Kracht, écrivain suisse, au sujet de son roman Imperium et du scandale qu’il a déclenché à sa sortie en Allemagne. Tout est là : le soupçon que peut susciter le livre ; l’inquiétude face au revival occidental de la droite la plus extrême ; la profonde ironie de l’auteur ; et, dès lors, le soupçon à nouveau : mais où ce roman veut-il en venir ? On ne réglera pas ici un débat qui a déjà fait couler beaucoup d’encre outre-Rhin (l’éditeur Suhrkamp a même publié un volume qui en reprend les contributions majeures), mais on peut essayer de sérier les problèmes que soulève, magistralement, Imperium, et qui sont ceux d’une certaine littérature d’aujourd’hui.