«Belle et Bête» entre ébats, débats et déballages

Par

Bruit et fureur autour de Belle et Bête (Stock), le récit de Marcela Iacub. Elle décrit, avec égarement et précision, lucidité clinique et insanité grinçante, sa relation avec un cochon jamais nommé Strauss-Kahn. Celui-ci, atteint dans sa dignité, poursuit en justice et obtient un encart. Compte-rendu de l'audience et du livre...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce mardi 26 février, au palais de justice de Paris, Dominique Strauss-Kahn vient à la barre de la XVIIe Chambre (affaires de presse) et déclare d'une voix outrée être « horrifié » par la publication « mercantile » du livre de Marcela Iacub, qui ne vise qu'à « tromper le lecteur », alors qu'il n'y a « pas l'ombre du début d'une preuve ». Bientôt, ses conseils vont tenter d'obtenir une décision en référé à la fois contre Belle et Bête (Stock) de Marcela Iacub et contre Le Nouvel Observateur, qui en fit la promotion la semaine passée. En attendant, le plaignant se plaint : « Je suis choqué par ce texte méprisable et totalement mensonger. »