Pourquoi nous avons fermé les yeux sur la détresse de Britney Spears

La chanteuse américaine Britney Spears vient de demander la levée de la tutelle que son père exerce sur elle depuis 13 ans. Elle a raconté lors d’une audience sa vie de privation et de contrôle. Une histoire qui révèle le poids du patriarcat et la négation des maladies mentales.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’était il y a une éternité, en 2007, sous nos yeux ébahis et ceux des paparazzis qui ne laissaient alors aucun répit à Britney Spears. La star, alors princesse de la pop de la dynastie musicale des années 2000, sacrifiait sa chevelure blonde à coups de tondeuse dans un salon de coiffure glauque de Los Angeles. Elle tuait ainsi, sous les objectifs des caméras, son attribut métaphorique de petite fiancée de l’Amérique innocente et virginale. Elle montrait au monde entier qu’elle sombrait.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal