Un féminisme du genre matérialiste

Par

Deux livres montrent de la manière la plus concrète, de la transmission de l’héritage à la conception des toilettes, comment l’organisation de nos sociétés opprime les femmes, jusque dans les entrelacs sociaux les plus insoupçonnés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Reconnaissons-le d’emblée. Depuis une bonne décennie, on ne comprenait pas grand-chose à nombre de débats et revendications féministes, au mouvement queer, à l’intersectionnalité. On s’efforçait de blâmer notre propre étroitesse d’esprit, de se convaincre qu’un mâle hétérosexuel blanc de plus de quarante ans à fort capital culturel ne pouvait rien comprendre puisqu’il n’avait jamais fait l’expérience de la discrimination sociale systématique.