À l’Opéra de Bordeaux, « Carmen » incrimine nos temps féminicides

Par

L’Opéra national de Bordeaux, fantomatique depuis six mois, a procédé dimanche 30 mai à son premier lever de rideau avec Carmen. Cet éloge de la rébellion était confronté à la rébellion d’intermittents du spectacle. Télescopage riche de sens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les quelques manifestants qui déploient leurs banderoles, devant l’Auditorium de l’Opéra de Bordeaux, ce dimanche 30 mai après-midi, peu avant la première de Carmen, font-ils partie de la mise en espace – qui situe l’action dans une salle de spectacle où l’artiste lyrique Don José s’éprend de l’ouvreuse Carmen ?