Casino, le piège des déficits

Le géant français de la grande distribution laisse se creuser d’étranges trous comptables dans les finances de ses magasins de proximité. Il fait ensuite condamner leurs gérants à lui rembourser les sommes, qui peuvent dépasser les 100 000 euros. Les responsables de ces magasins dénoncent un système dont ils sont les victimes, et des manipulations connues, voire favorisées, par le service commercial du groupe.

Ces gérants de supérette étranglés par Casino

Par
Jean-Charles Naouri, président de Casino. © Reuters (Philippe Wojazer) Jean-Charles Naouri, président de Casino. © Reuters (Philippe Wojazer)

Le numéro deux français de la grande distribution laisse se creuser d’étranges trous comptables dans les finances de ses magasins de proximité. Il fait ensuite condamner leurs gérants à lui rembourser les sommes, qui peuvent dépasser les 100 000 euros. Mais dans des cas relevés partout en France, ces « déficits de gestion » ont été alimentés, au moins en partie, par diverses manipulations connues du groupe. Premier volet de nos révélations sur un secret de fabrication.

Supérettes Casino: la mécanique du piège financier

Par

Comment d'énormes trous peuvent-ils se creuser dans les finances de dizaines de magasins de proximité tous les ans ? Les responsables de ces magasins dénoncent un système dont ils sont les victimes, et des manipulations connues, voire favorisées, par le service commercial du groupe. Casino dément en bloc. Deuxième volet de notre enquête sur ces étranges déficits.

Face aux gérants Casino, le mur judiciaire

Par

En justice, les gérants de supérette Casino accusés par le groupe d'avoir laissé s'accumuler des déficits ont peu de chances de voir la situation renversée en leur faveur. Pourtant, l'espoir vient d'un arrêt tout récent de la Cour de cassation.