Djihad en prison

Comment des islamistes parviennent à faire la loi dans les établissements pénitentiaires.

Djihad en prison: comment des détenus communiquent avec des terroristes

Par
Foued Mohamed-Aggad (à gauche) et Ismaël Omar Mostefaï (à droite) encadrent un djihadiste cannois. Cette photo a circulé dans des prisons en France, moins de trois mois avant la tuerie du Bataclan. © DR Foued Mohamed-Aggad (à gauche) et Ismaël Omar Mostefaï (à droite) encadrent un djihadiste cannois. Cette photo a circulé dans des prisons en France, moins de trois mois avant la tuerie du Bataclan. © DR

Mediapart retrace les événements qui ont amené des surveillants à se demander si, la veille du 13-Novembre, des détenus n’étaient pas au courant de l’attentat sur le point de survenir. Deux d’entre eux, depuis leur cellule, communiquaient depuis plusieurs mois avec l’un des futurs tueurs du Bataclan. Premier volet d’une série d’articles consacrée aux djihadistes en détention.

La prison, autre lieu d’attentat possible pour les djihadistes

Par

Alors que Bilal Taghi, l’auteur du premier attentat revendiqué au sein d'un établissement pénitentiaire, a été condamné vendredi à vingt-huit années de réclusion criminelle, Mediapart raconte comment les maisons d’arrêt sont devenues les cibles privilégiées de terroristes coincés pour des longues peines.

Comment les mentors du califat font la loi en prison

Par
Photo prise par un surveillant d'une prière collective dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR Photo prise par un surveillant d'une prière collective dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR

Un émir par bâtiment, des entraînements paramilitaires en cours de promenade : le califat a été reconstitué à l’intérieur des enceintes pénitentiaires. Mediapart raconte comment les djihadistes et leurs recrues, piochées parmi les détenus de droit commun, font la loi en prison.

Le djihad en prison: l’impossible évaluation de la «radicalisation»

Par
Un gardien de prison se dresse sur un terrain de sport du QER au centre pénitentiaire de haute sécurité de Vendin-le-Vieil, le 4 mai 2018. © Philippe Huguen/AFP Un gardien de prison se dresse sur un terrain de sport du QER au centre pénitentiaire de haute sécurité de Vendin-le-Vieil, le 4 mai 2018. © Philippe Huguen/AFP

L’administration pénitentiaire a mis en place, en 2016, les quartiers d’évaluation de la radicalisation. Quatre ans après, le système enregistre des succès mais laisse en suspens la principale question : comment évaluer le degré d’un engagement ?

Comment sont catalogués les détenus djihadistes

Par
Michael Chiolo, quelques instants avant qu'il poignarde deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe lors de ce qui constitue le second attentat djihadiste dans une prison française. © DR Michael Chiolo, quelques instants avant qu'il poignarde deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe lors de ce qui constitue le second attentat djihadiste dans une prison française. © DR

Les « cadres intermédiaires », les « violents », les « déçus » ou les « convertis par stratégie »… Mediapart révèle les typologies, établies par l’administration pénitentiaire et les services de renseignement, des 1 300 détenus considérés djihadistes.

«Les détenus avec l’étiquette ‘‘radicalisés’’ sont exclus de la vie carcérale»

Par
«Certains surveillants interprètent comme des signes de radicalisation le simple fait qu’un détenu fasse ses cinq prières par jour.»  Photo prise par un surveillant d'une prière collective, illégale, dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR «Certains surveillants interprètent comme des signes de radicalisation le simple fait qu’un détenu fasse ses cinq prières par jour.» Photo prise par un surveillant d'une prière collective, illégale, dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR

Les chercheurs Gilles Chantraine et David Scheer ont passé un an dans les quartiers d’évaluation de la radicalisation où ils ont réalisé 90 entretiens de détenus et de professionnels. Leur compte-rendu bat en brèche certains clichés sur ce dispositif.