Djihad en prison: comment des détenus communiquent avec des terroristes

Par

Mediapart retrace les événements qui ont amené des surveillants à se demander si, la veille du 13-Novembre, des détenus n’étaient pas au courant de l’attentat sur le point de survenir. Deux d’entre eux, depuis leur cellule, communiquaient depuis plusieurs mois avec l’un des futurs tueurs du Bataclan. Premier volet d’une série d’articles consacrée aux djihadistes en détention.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’homme arrive, les yeux bandés. Désorienté, il tangue. Le GIGN le remet à l’équipe locale d’appui et de contrôle, des agents formés pour assurer des missions de sécurité à l’intérieur de la prison. En temps normal, ceux-ci finissent une heure plus tôt ; ce soir-là, ils sont encore présents. Il faut éviter le moindre dérapage. La cheffe d’établissement et son adjoint assistent également à l’écrou de ce détenu remis, pour quelques jours, par la Belgique dans le cadre de l’exécution du mandat d’arrêt européen.