Penser l’Amazonie

Comment l’absence de grande idée ou d’imaginaire collectif sur la région nourrit les logiques de destruction de l’Amazonie. Reportage dans une zone longtemps considérée comme un grand rien, oubliée par l’État et destinée aux oubliés du Brésil. Au point d’être devenue une source d’inquiétude pour les militaires pendant la dictature. Face à l’immensité de la forêt, la prédation environnementale se justifie d’autant plus facilement qu’il y a un manque d’alternatives présentées sur le terrain et que l’État continue d’en être absent.

Comment le régime militaire brésilien a imposé sa doctrine paranoïaque en Amazonie

Par
Un camion à bétail, sur la Transamazonica. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart Un camion à bétail, sur la Transamazonica. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart

L’immense Amazonie et ses habitants ont longtemps été marginalisés et déconsidérés, y compris dans le champ des idées. Une absence de reconnaissance sur laquelle a prospéré une idéologie paranoïaque et destructrice durant la dictature. Une doctrine à laquelle le gouvernement Bolsonaro cherche à redonner une nouvelle vigueur.

En Amazonie, le mythe de la nature infinie permet l’économie de la destruction

Par
Une embarcation d'orpailleur sur le fleuve. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart Une embarcation d'orpailleur sur le fleuve. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart

En ce qui concerne la déforestation, l’orpaillage et le trafic de bois sont des activités prédatrices. Face à une nature qui semble infinie, le saccage environnemental se justifie d’autant plus facilement qu’il y a un manque d’alternatives économiques.

La route et les grands travaux ouvrent la voie à la déforestation amazonienne

Par
Les travaux d'entretien en cours sur la BR-319. © Jean-Mathieu Albertini Les travaux d'entretien en cours sur la BR-319. © Jean-Mathieu Albertini

Comme dans les années 70, les grands travaux sont présentés comme une solution économique miraculeuse. Parmi eux, les routes sont des ouvrages centraux et indispensables dans le processus politique de déforestation, et la BR-319 représente l’une des plus graves menaces actuelles pour l’Amazonie.

En Amazonie, la terre, le feu et la violence

Par
Ricardo face à sa maison éventrée, au sein de la fazenda Vilhena. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart Ricardo face à sa maison éventrée, au sein de la fazenda Vilhena. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart

Dans l’État de Rondônia, le processus de destruction est bien avancé et les terres disponibles se font rares. La lutte autour des terres qui se valorisent s’intensifie, dans un climat politique totalement favorable aux grands producteurs. Un climat de violence entretenu par une criminalisation des mouvements sociaux.

Au royaume de l’agrobusiness amazonien

Par
Des bœufs dans un champ près de Seringueiras. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart Des bœufs dans un champ près de Seringueiras. © Photo Jean-Mathieu Albertini pour Mediapart

Le tout-puissant secteur de l’agrobusiness s’organise pour se présenter comme indispensable au Brésil. Une bataille d’idées et une lutte politique qui passent par des campagnes de publicité récurrentes, et qui a de dramatiques conséquences écologiques et sociales en Amazonie.