Énergies

Plébiscite des parlementaires en faveur de la relance du nucléaire

Les parlementaires ont massivement voté mardi 16 mai la loi de relance du nucléaire, à l’issue d’une séance agitée. Le gouvernement reporte la fusion très critiquée des instances chargées de la sûreté des centrales. La gauche s’est divisée. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un paradoxe révélateur : la loi courte et technique de relance du nucléaire que les parlementaires ont adoptée mardi 16 mai a suscité des affrontements passionnés et très politiques. Réuni·es pour voter le texte de compromis entre l’Assemblée nationale et le Sénat, issu des travaux de la commission mixte paritaire, les député·es ont hurlé au micro, crié depuis leurs bancs, dénoncé les mensonges du camp d’en face. 
 
Pourtant, derrière les invectives, les objectifs affichés par le gouvernement sont partagés : répondre à l’urgence climatique, protéger la souveraineté nationale, garantir des prix de l’électricité peu chers pour les ménages. Le choix du nucléaire reste un sujet brûlant en France, pays qui dépend le plus de l’atome pour produire son électricité. 
 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal