Chlordécone aux Antilles : l’enterrement programmé du dossier

Seize ans après les premières plaintes et huit mois après la fin de l’enquête, le procureur de la République de Paris réclame un non-lieu dans le scandale de l’empoisonnement des écosystèmes au chlordécone, un pesticide abondamment utilisé en Guadeloupe et en Martinique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Prescription, manque de preuves, infraction non caractérisée, absence de causalité scientifique certaine entre exposition au chlordécone et une pathologie donnée » : le procureur de la République de Paris a demandé un « non-lieu » dans son réquisitoire définitif, rendu public vendredi 25 novembre par le journal France-Antilles et l’AFP, dans l’affaire du scandale sanitaire de la chlordécone, un insecticide.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal