Danone: le tour de passe-passe d’Emmanuel Faber

Par

Sur la sellette, le PDG de Danone, Emmanuel Faber, a sauvé sa tête en acceptant de ne plus être que président du groupe agroalimentaire, et surtout en promettant de racheter ses actions, dans l’espoir de faire taire la contestation des actionnaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’où une décision qui se présente comme stratégique sert-elle à conforter un pouvoir personnel ? L’étrange enchaînement des faits qui s’est produit ces derniers jours chez Danone amène à reposer la question. Dimanche 28 février, à la veille d’un conseil d’administration annoncé comme décisif pour le maintien ou non du PDG Emmanuel Faber, le groupe agroalimentaire a annoncé la cession à venir de sa participation dans le géant chinois Mengniu, valorisée autour de 850 millions d’euros. Le produit de cette vente, a promis le groupe, devrait être restitué en grande partie aux actionnaires sous la forme de rachats d’actions dans le courant de l’année.