Les syndicats dénoncent la ratification a minima d’un texte sur les violences au travail

Par

Le conseil des ministres examine ce mercredi la ratification de la convention n° 190 de l’organisation internationale du travail, visant à protéger les femmes dans le monde du travail. Mais pas une ligne des lois françaises ne sera modifiée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Prendre l’engagement sur le plan international que les violences et le harcèlement dans le monde du travail, et notamment celles qui visent les femmes, seront fermement combattus. Sans changer une ligne au droit français. Au grand dam des syndicats, voilà la position que se propose de prendre la France dans le projet de ratification, soumis mercredi 2 juin au conseil des ministres, d’un texte de l’Organisation internationale du travail (OIT).