Emmanuel Macron, dernier défenseur de la théorie du ruissellement

Malgré l’abandon officiel par les États-Unis de la théorie du ruissellement, Emmanuel Macron s’acharne à faire un lien entre fiscalité, emplois et industrie. Et devient un des dirigeants les plus conservateurs au monde sur le plan économique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le contraste est impressionnant. Le même jour, le 30 avril 2021, le président des États-Unis Joe Biden proclamait devant le Congrès que « la théorie du ruissellement n’a jamais fonctionné », tandis qu’Emmanuel Macron, lui, défendait, dans une interview à la presse quotidienne régionale, la baisse des prélèvements, et surtout son grand œuvre, la fin de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour les patrimoines mobiliers, au nom de l’exigence de réindustrialisation. Pour lui, les échecs de la France pendant la pandémie s’expliquent en grande partie par le fait que l’on « aurait dû faire cette réforme fiscale il y a 10 ou 15 ans ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal