Le président d’Optic 2000 accusé de fraude par un ex-employé

Par

L’ancien responsable d’un des magasins d’optique de Didier Papaz, à Sens, l’accuse depuis trois ans d’avoir détourné le mécanisme du tiers payant assuré par le réseau Santéclair. Des allégations que nient farouchement son ex-employeur et Santéclair. Des procédures judiciaires ont été déclenchées tous azimuts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une curieuse affaire, qui gêne depuis trois ans le président du réseau Optic 2000, Didier Papaz. Une affaire qui aurait pu ne jamais dépasser le stade micro-local de la relation de travail qui dégénère, mais qui a débouché sur des accusations de fraude et des contre-accusations publiques, dans le monde habituellement tranquille de cette coopérative forte de près de 1 200 opticiens indépendants.