Le patron du PMU est sévèrement mis en cause par son prédécesseur

Par

Déjà au centre d’une polémique à cause de ses rémunérations pharaoniques, le PDG de l’entreprise, Cyril Linette, est mis en cause par l’un de ses prédécesseurs, Philippe Germond. Dans une lettre aux administrateurs, celui-ci pointe des « erreurs stratégiques » et estime que les résultats du PMU sont calamiteux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le microcosme huppé des courses hippiques, où les mœurs sont policées et les éclats de voix rarissimes, c’est une initiative qui risque de faire du bruit. Dans un courriel confidentiel adressé à vingt-six personnalités qui dirigent France Galop et la Société d’encouragement à l’élevage du cheval français (la SECF, en charge des courses de trot), les deux principales entités qui supervisent le PMU, l’ancien président de l’entreprise, Philippe Germond, tire à boulets rouges sur son successeur, Cyril Linette. Il lui reproche des « erreurs stratégiques majeures » et estime que « les paris hippiques perdent pied » face à l’un de ses concurrents directs, la Française des jeux (FDJ).