Face aux syndicats, Macron n’écoute que d’une oreille

Par

Les partenaires sociaux ont abouti à de fragiles accords sur deux chantiers majeurs, l’assurance-chômage et la formation professionnelle. Pour le premier dossier, le président et son gouvernement se sont résolus à suivre les propositions, loin d’être radicales, des syndicats et du patronat. Mais sur le second, l’exécutif s’assoit sur les propositions péniblement négociées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On les avait laissés dans l’expectative, fin février. Après des mois de négociation et deux accords négociés dans la douleur, syndicats et représentants du patronat se demandaient ce que l’exécutif allait faire des réformes sur lesquelles ils étaient tombés d’accord concernant l’assurance-chômage et la formation professionnelle.