La fin pas si simple du RSI

Par

Le gouvernement a annoncé la disparition d'ici à 2020 du régime de protection sociale des travailleurs indépendants, qui fait depuis des années office d'épouvantail. Mais la plupart des mesures annoncées étaient déjà dans les tuyaux, et certains des plus gros points noirs ne seront pas améliorés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà un enterrement où l’on ne verra sans doute pas trop de désespoir. Ce mardi 5 septembre à Dijon, le premier ministre Édouard Philippe, accompagné de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, et du ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé la disparition totale du RSI d’ici à la fin 2019. Créé à toute allure en 2008, sur fond d’impressionnant fiasco administratif, le régime social des indépendants fait depuis des années l’unanimité contre lui. Tous les candidats à la présidentielle avaient peu ou prou annoncé leur intention de réformer en profondeur ou de supprimer ce régime qui assure la protection sociale des artisans, commerçants, libéraux et micro-entrepreneurs, ainsi que leurs ayants droit. Soit plus de 6,5 millions de Français, dont 2 millions de retraités.