La Poste condamnée pour abus de sous-traitance

Par

Le tribunal de Nanterre a condamné La Poste pour son recours trop systématique à des sous-traitants, mal payés et moins bien traités que les facteurs classiques, au centre d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La condamnation est aussi sévère que possible. Ce lundi 8 juillet, le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné La Poste à l’amende maximale prévue par la loi, 120 000 euros, pour « prêt de main-d’œuvre illicite », c’est-à-dire abus de sous-traitance. C'est la première condamnation de l'entreprise sur ce sujet. L’audience s’était tenue le 13 mai, et il s’agissait du premier procès de la sous-traitance à La Poste, visant l’entreprise, ainsi que l’ancien responsable de son centre de tri d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et un patron d’une petite entreprise sous-traitante du groupe. Ces deux derniers ont été condamnés à six mois de prison avec sursis.