Natixis, une opération perdante-perdante

Par
Ce devait être une fusion exemplaire. Deux ans après sa création, Natixis, la banque d'investissement commune des caisses d'épargne et des banques populaires, est obligée de faire une augmentation de capital à un prix bradé pour reconstituer en urgence ses fonds propres. La faute à la crise? Pas seulement. Retour sur un fiasco financier qui a démantelé toute l'organisation du financement du logement social.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela devait être une opération exemplaire, une de celles qui mariaient « le meilleur des deux mondes », la solidité du monde mutualiste à la puissance des marchés. C'est ainsi qu'en novembre 2006 les caisses d'épargne et les banques populaires présentaient la naissance de Natixis. La « quatrième grande banque d'investissement française », selon son bulletin de naissance, était appelée à connaître des lendemains prometteurs.