Malgré le changement climatique, le monde de l’élevage s’accroche à ses volumes de production

Par

Au sommet de l’élevage, cette semaine à Clermont-Ferrand, le changement climatique n’est plus un tabou. Des exploitants s’engagent sur la voie d’une réduction des gaz à effet de serre. Mais pas question de remettre en cause le dogme productiviste dominant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).– « Il ne faut pas montrer les agriculteurs du doigt. Moi, je dis, protégeons les agriculteurs, parce que, quand nous serons partis, il sera trop tard. » Pierre Besançon, éleveur de 220 vaches laitières en Haute-Saône, est un vieux de la vieille. Quarante ans de métier. Il ne croit guère au changement climatique.