Sur la pente dangereuse du social-libéralisme

Par

François Hollande estime que la compétitivité des entreprises est l'un des principaux défis. Si ce choix prépare le terrain à une hausse non pas de la TVA mais de la CSG, cela n'équivaut pas moins à reconnaître que Nicolas Sarkozy avait raison de conduire une politique de l'offre favorable aux entreprises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Accédant au pouvoir, dans un contexte de crise gravissime, François Hollande avait clairement deux options. Soit engager la gauche dans une politique économique nouvelle, celle d'un réformisme audacieux – ou radical, peu importent les mots ; soit retomber dans les ornières du passé, celles du social-libéralisme, dans lesquelles la gauche avait versé à la fin des années 1990. Ou si l’on préfère, il avait la possibilité de commencer son quinquennat en s’inspirant de Lionel Jospin version 1997, celui qui arrive à Matignon avec dans sa besace pléthore de réformes très ancrées à gauche, de la taxe Tobin jusqu’aux 35 heures payées 39, le refus de la privatisation de France Télécom ou encore le rétablissement de l’autorisation administrative de licenciement ; ou bien en copiant Lionel Jospin version 2002, celui qui cède face aux licenciements boursiers ou qui devient le champion toutes catégories des privatisations.