FO, combien de divisions internes?

Par et

Plus de la moitié des organisations composant Force ouvrière appellent à manifester ou soutiennent les mobilisations lancées ce mardi par la CGT, Solidaires et la FSU. En interne, la position très conciliante du secrétaire général Jean-Claude Mailly envers les ordonnances et Emmanuel Macron passe de plus en plus mal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’heure est venue de faire la part entre les « grognards fidèles » et les « grognons râleurs ». Quelques minutes après la présentation par le gouvernement des ordonnances réformant le droit du travail, le 31 août, c’est en utilisant ces deux termes que Jean-Claude Mailly avait défini les troupes de Force Ouvrière. D’un côté, ceux qui appuient sans broncher les positions du secrétaire général, bien décidé à repositionner son syndicat dans le jeu des négociations avec le gouvernement, en prenant soin de ne pas aller trop loin dans la critique des ordonnances. De l’autre, des militants syndicaux qui entendent poursuivre le combat qu’ils ont mené l’an dernier contre la loi El Khomri. Et qui comptent le faire dès ce mardi 12 septembre, où ils iront manifester aux côtés de la CGT, de Solidaires, de la FSU et de l’Unef, les organisations ayant appelé officiellement à une journée de mobilisations et de grèves dans toute la France.