Renault: accord entre l'Etat français et Nissan

Par

L’État conserve ses droits de vote double chez Renault, malgré la vive opposition de Carlos Ghosn.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après huit mois de crise, le constructeur automobile japonais Nissan et le gouvernement français sont parvenus à un « accord de stabilisation » encadrant l'influence de l'État au sein du groupe au losange, a annoncé le constructeur automobile vendredi 11 décembre.