Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires

Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les réponses étaient toutes prêtes. Tout au long des discussions sur la loi sur le pouvoir d’achat et sur la loi de finances rectificative, le ministre des finances, Bruno Le Maire, n’a cessé de donner des leçons d’économie à ses opposants. Quelle que soit la proposition (taxation des superprofits, contrôle des subventions, renégociation de certains aménagements), pas une seule idée qui aurait impliqué une hausse des prélèvements des entreprises n’a trouvé grâce aux yeux du gouvernement, lors des débats parlementaires.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal