En Allemagne, le contrôle syndical a résisté à l'Agenda 2010

Les ordonnances de Macron sont-elles comparables aux réformes Schröder? L’esprit général s’inspire du modèle allemand : décentralisation partielle de la négociation collective et flexibilisation du code du travail, le tout pour favoriser l’embauche. Mais le « conseil d'entreprise » version outre-Rhin n'a pas entravé le pouvoir des syndicats.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.- À la fin du mois d’août dernier, le chef du comité d’entreprise central de ThyssenKrupp Wilhelm Segerath a encore une fois rencontré le ministre des affaires étrangères et vice-président du SPD Sigmar Gabriel. Son objectif ? Discuter de la création possible d’une nouvelle entreprise allemande de la sidérurgie, à construire autour de ThyssenKrupp Steel Europe, dont l’activité acier est mal en point. Segerath et le syndicat IG Metall parviendront-ils à leurs fins ? Depuis que les plans de la direction ont filtré début 2017, ceux d’une fusion de la branche acier avec son équivalent indien Tata Steel, le syndicaliste remue en tout cas ciel et terre pour empêcher que cette fusion potentiellement destructrice d’emplois ne se fasse.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal