1945-1975 : Les trente ravageuses

Par

Dans les dernières années des Trente Glorieuses, une émission télé, « La France défigurée », fait contre toute attente un carton. La croissance économique rapide s'est accompagnée d'une dégradation gravissime et sans précédent de l'environnement et la France commence à s'en inquiéter. Deuxième article de notre série sur ce que furent vraiment les Trente Glorieuses. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début juillet 1971, la seconde chaîne de télévision française lance une nouvelle émission, La France défigurée, consacrée à dénoncer la dégradation de l'environnement : pollution de l'air, enlaidissement des paysages, urbanisme sauvage, accumulation de déchets, asphyxie des cours d'eau… Les reportages adoptent un ton incisif, volontiers critique, tout en s'interdisant tout discours écologiste prosélyte. Défendre la nature passe, pour les deux animateurs Louis Bériot (futur directeur d'antenne de France 2) et Michel Péricard (qui deviendra une figure du RPR chiraquien), par une évidence consensuelle. L'émission, prévue pour ne durer qu'un été, fait un tabac. Elle sera reconduite jusqu'en 1977, et immortalisée dans une chanson de Jacques Dutronc.