Le combat d'Yves Minguy, au nom des «blessés» de France Télécom

Par et

Yves Minguy, informaticien tombé en dépression, vient de créer la première association des «blessés» de France Télécom pour offrir «un point de repère» aux victimes des restructurations de l'ère Lombard. Et exiger que la direction actuelle s'occupe mieux des plus fragiles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mi-novembre, le psy d'Yves Minguy s'est fâché. Une nouvelle fois, son patient venait de ressasser ses idées noires. «Vous avez le cul entre deux chaises, lui a lancé le médecin. D'un côté, il y a votre vie. De l'autre, France Télécom. Là, vous êtes pile au milieu.» Quelques jours plus tard, cet informaticien de 57 ans, en arrêt maladie depuis un an et demi pour cause de dépression sévère, décidait de créer «Les Blessés de Next»: la première association de victimes du plan Next, cette restructuration sauvage menée par France Télécom Orange, qui a abouti au départ de 22.000 salariés entre 2006 et 2008 et provoqué une crise sociale sans précédent sur laquelle une série de suicides avaient attiré l'attention.