Free se débarrasse d’une filiale trop revendicative

Par

Le centre d’appels du groupe Iliad basé à Colombes devrait être prochainement cédé à une autre entreprise. Les syndicats y voient une façon pour la société fondée par Xavier Niel de régler définitivement le problème de cette filiale, théâtre de nombreux conflits sociaux et de remises en question régulières de l’autorité de la direction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Free s’ôte une belle épine du pied. Le groupe Iliad, fondé par Xavier Niel, maison mère du célèbre opérateur internet et téléphone Free, va se séparer dans les tout prochains mois d’un des foyers de contestation internes les plus remuants, son centre d’appels basé à Colombes (Hauts-de-Seine), baptisé Mobipel. Les syndicats de ce centre de gestion de relations des abonnés au téléphone mobile ont appris le 6 mars que le groupe allait les céder au groupe Comdata, présent en France via sa filiale b2s, implantée à Gennevilliers, à 4 kilomètres de leur site actuel.