Derrière le remaniement, Airbus s’enfonce dans la crise

Sous la pression des affaires de corruption, le conseil d’administration du groupe aéronautique a engagé un grand renouvellement de l’équipe dirigeante. Cet arbitrage, pris sous l’œil vigilant de Paris et Berlin, est censé mettre un terme à la guerre des chefs. Il risque au contraire d’aggraver les incertitudes au moment où Airbus est plus déstabilisé que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ils avaient beau être avertis depuis plusieurs semaines, les salariés d’Airbus ne voulaient pas y croire. Jamais leurs dirigeants n’allaient oser poursuivre leurs règlements de compte, au moment où leur groupe est déstabilisé ; jamais le conseil n’allait permettre qu’Airbus s’enfonce dans une spirale mortifère. Vendredi 15 décembre, il leur a fallu pourtant se rendre à l’évidence : la folle auto-destruction d’Airbus s’accélère. Au petit matin, le groupe a confirmé les décisions adoptées au conseil d’administration de la veille. Tom Enders ne briguera pas un troisième mandat de président en 2019. Fabrice Brégier, directeur exécutif d’Airbus civil (aviation civile), va quitter ses fonctions en février 2018. C’est Guillaume Faury, patron de la division Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) qui lui succédera comme numéro deux du groupe. « En résumé, celui qui fait le boulot, qui sort les avions tous les jours, est viré ; et celui qui est responsable de tout le merdier dans lequel se trouve Airbus, qui est même directement impliqué dans l’affaire Eurofighter en Autriche, reste », grince un ancien salarié toulousain toujours en contact étroit avec ses anciens collègues.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Art — Enquête
par Antoine Pecqueur
France — Enquête
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Les rendez-vous de Mediapart
par La rédaction de Mediapart
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Le procès des attentats du 13-Novembre
Pourquoi Salah Abdeslam n’a pas convaincu la cour d’assises
Dans son verdict condamnant le dixième homme des commandos de Paris à une peine de perpétuité incompressible, la cour d’assises spéciale souligne « son absence de réflexion réelle » et « sa volonté de ne pas trahir l’État islamique ».
par Karl Laske
Le procès des attentats du 13-Novembre — Chronique
Georges Salines : « Impossible de ne pas me sentir concerné par le sort des accusés »
Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats ont écrit et décrit leurs sentiments. En ce dernier jour du procès, le père de Lola, assassinée au Bataclan, s’interroge sur le sens des peines prononcées.
par Georges Salines
Europe — Chronique
L’Otan, le Prado et les « Ménines » de Velázquez
Retour sur une étrange soirée en marge du sommet de l’Otan à Madrid, où les dirigeants, après avoir annoncé des milliards de dollars pour renforcer leur présence militaire sur le continent, se sont mis à contempler les « Ménines » de Velázquez au musée du Prado.
par Ludovic Lamant

Nos émissions