Le débat Guaino-Mailly : « Bonapartisme social ? Si vous voulez ! »

Pourquoi Nicolas Sarkozy s’en prend-il ainsi aux syndicats et aux « corps intermédiaires » ? Le président sortant a-t-il vraiment un programme social ? Débat

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est devenu le leitmotiv de Nicolas Sarkozy pendant cette campagne : fustiger les « corps intermédiaires », en appeler à la « France silencieuse », dans une sorte de remake du de Gaulle de 1968. Premiers visés : les syndicats de salariés. Alors qu’il avait intensément discuté, voire dealé avec eux entre son arrivée à l’Elysée et la réforme des retraites, le président de la République a multiplié dans cette campagne les attaques contre la CGT, qui a appelé – fait rare pour un syndicat – à le faire battre, ou encore contre les « permanents de la CFDT » d’ArcelorMittal en Lorraine qui ont manifesté mi-mars devant son QG de campagne.