Le rapport parlementaire qui accable la nouvelle présidente d’Air France-KLM

Un rapport de l’Assemblée nationale, paru le 11 avril, étrille la gestion d’Anne-Marie Couderc, nommée présidente par intérim d’Air France-KLM, à l’époque où elle dirigeait le distributeur de presse Presstalis. Parmi les critiques, le montant des notes de frais et le nombre de voitures de fonction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est un rapport parlementaire passé inaperçu, qui se révèle pourtant explosif. Une sorte de cadeau de bienvenue empoisonné pour Anne-Marie Couderc, nommée le 15 mai PDG par intérim d’Air France-KLM. À peine propulsée à la tête de la compagnie aérienne, l’ancienne ministre de l’emploi d’Alain Juppé se retrouve mise en cause par un rapport de l’Assemblée nationale, remis le 11 avril dernier par les députés Laurent Garcia (LREM) et George Pau-Langevin (PS). Dans ce document consacré à la modernisation du secteur de la presse, les deux rapporteurs dressent un réquisitoire impitoyable sur la gestion d’Anne-Marie Couderc à la tête du distributeur de presse Presstalis, qu’elle a dirigé de 2010 à 2017 ». Voici les constats que dresse Challenges.