Comment Schneider Electric fait disjoncter la concurrence

Par

Schneider Electric, perquisitionné en septembre dernier à la suite des révélations de Mediapart concernant des soupçons d’entente sur les prix, a utilisé un système tarifaire fondé sur des commandes gonflées et a tenté de dissuader certains de ses clients français d’acheter ses produits moins cher à l'étranger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un vent de panique souffle chez Schneider Electric. À la suite de nos révélations concernant l’entente présumée des quatre géants français du matériel électrique, les sites de Schneider à Paris et Lyon ont été perquisitionnés le 6 septembre sur instruction de la juge Aude Buresi, en charge d’une vaste information judiciaire pour « entente illicite », « corruption », « faux et usage de faux », « abus de confiance », « abus de biens sociaux » et « blanchiment de fraude fiscale ».