Sur la piste des traitements, la guerre des brevets est déclarée

Par Rouguyata Sall

Le remdesivir du laboratoire américain Gilead représente l’un des plus gros espoirs face au Covid-19, bien qu’encore au stade des essais. L’Institut de virologie de Wuhan prétend obtenir son propre brevet. Les ONG alertent sur la nécessité, s’il est efficace, de garantir son accès au plus grand nombre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D’abord expérimenté contre Ebola, le remdesivir, un antiviral, ne s’est pas montré efficace. Mais contre le coronavirus SARS-CoV-2, il a déjà fait ses preuves in vitro. Alors qu’aucun traitement n’existe à ce jour, il est testé dans plusieurs essais cliniques en France et en Europe (dans le cadre de l'essai Discovery, en parallèle notamment de l'hydroxychloroquine), aux États-Unis comme en Chine. « Il n’y a pour l’instant qu’un seul médicament dont nous pensons qu’il pourrait avoir une réelle efficacité, et c’est le remdesivir », indiquait le sous-directeur général de l’OMS à la mi-mars.