CETA: le gouvernement français ne renégociera pas l’accord

Par et

Le premier ministre Édouard Philippe devrait annoncer mercredi 25 octobre un « plan d’accompagnement » du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada. Alors que des députés LREM eux-mêmes demandent de gros aménagements, le texte ne devrait pas bouger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je fais ce que j’ai dit », a déclaré Emmanuel Macron le 15 octobre sur TF1. Sauf s’agissant du CETA, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, entré à 90 % en vigueur le 21 septembre dernier. Pendant la campagne présidentielle, le candidat d’En Marche! s’était engagé à mettre sur pied une commission indépendante chargée de dresser un bilan des effets attendus sur la santé, le climat et l’environnement du CETA. Celle-ci, baptisée “commission Schubert”, a rendu des conclusions très critiques le 8 septembre (voir notre article). Surtout, Emmanuel Macron voulait « tirer toutes les conclusions » de l’étude et à aller voir ses partenaires européens pour le « faire modifier […], pour que la vérité scientifique […] puisse être entendue ». Six mois plus tard, il n’est plus question de renégocier.